Dans la jungle de Calcutta

Arrivée à l’aéroport de Calcutta, je suis interloquée par l’apparence des taxis! Je n’en ai  jamais vu de pareils auparavant, surtout pas en Inde où je pensais que le rickshaw était roi!
J’en prends un pour me rendre jusqu’à l’hôtel.
IMG_2741.jpg
Bien que la route soit longue, je m’étonne vite de la modernité de la ville et de sa propreté relativement aux autres villes d’Inde.
Les paroles inquiètes de Damien sur Skype me reviennent à l’esprit « Julie, tu es sûre de vouloir aller à Calcutta?? J’ai regardé sur internet et ça a clairement l’air d’être une décharge géante ! ». Et pourtant, il n’en est rien, au contraire. Je pourrais bien vite le rassurer! 😉
Arrivée à l’hôtel, je suis euphorique : pour la première fois depuis un mois de voyage, j’ai une chambre moderne, un lit ultra moelleux, un room service qui m’apporte les plats de mon choix! Cela peut paraître superficiel mais après des conditions de voyage plutôt rustiques, quel bonheur de retrouver un peu de confort!
image
Le lendemain matin, enthousiaste de découvrir une nouvelle ville indienne, je pars visiter le Victoria Memorial au cœur de la ville. Ce bâtiment construit entre 1906 et 1920 en l’honneur de la reine Victoria disparue en 1901, trône majestueusement au cœur de la ville.
Sa surface blanche marbrée resplendit au milieu des immenses jardins qui la borde.
image
image
A l’intérieur, de nombreuses peintures, photos et maquettes qui présentent le projet de construction du mémorial, rappellent le contexte du colonialisme anglais, etc… Je suis un peu surprise de contempler tous ces vestiges de l’époque coloniale dans un pays qui a désormais gagné son indépendance…
En sortant du mémorial, je profite un peu de ses jardins où les pudiques amoureux indiens viennent s’embrasser derrière les saules pleureurs géants.
image
image
Après le déjeuner, je décide de me rendre sur la tombe de Mère Teresa et de visiter le petit musée attenant.

En arrivant dans la « Motherhouse », je suis accueillie par une femme très douce, probablement indienne mais à l’apparence notable car elle doit être albinos. Elle m’invite à laisser mes chaussures dans la cour avant d’aller me recueillir sur la tombe de Mère Teresa et si je le souhaite de lui demander de se faire mon intermédiaire auprès de Dieu, en glissant un petit papier contenant ma requête dans une urne.

Je suis immédiatement frappée par l’atmosphère chargée d’émotion qui envahit la pièce : quelques personnes, cinq ou six, sont agenouillées devant une grande tombe de marbre blanc, on ne peut plus simple, qui trône au milieu d’une salle, elle aussi tout ce qu’il y a de plus sobre. Je peux voir sur leurs visages pleins de gratitude et de larmes, à quel point elles sont heureuses d’être là.
Soudain, alors que je commence à rédiger mon souhait sur un petit bout de papier, me voici moi aussi émue aux larmes, surtout en pensant à ma chère maman qui rêverait tant d’être là où je suis aujourd’hui.
Le musée dans la pièce à côté est simple mais intéressant car il retrace la vie de Mère Teresa, vie que je ne connaissais que très peu. Je découvre son départ de Bulgarie lorsqu’elle quitte à jamais sa famille pour devenir missionnaire; puis des photos parfois  marquantes, choquantes : Calcutta à l’époque où les gens mourraient de faim dans les rues, des corps faméliques sans vie sur les trottoirs…Jusqu’au dernier souffle de Mère Teresa dans ce bâtiment même où je me trouve. Je ressors émue, d’autant plus que la gentillesse des missionnaires qui accueillent les visiteurs ne fait que rappeler celle que devait être celle de Mère Teresa.
Je finis la journée dans la grande avenue commerçante de Calcutta : Park Street.  Décidément, j’aime cette ville : on dirait que les bâtiments ont poussé au milieu de la jungle, des arbres immenses aux troncs amberlificotés sur les lampadaires décorent les avenues!
image
La vie y semble douce et calme : les écoliers se baladent en groupe sur les trottoirs, de petits groupes d’adultes boivent un tchai sur un coin de rue, d’autres s’accroupissent sur le trottoir pour déguster un morceau de maïs grillé.
image
image
image
image
Le lendemain matin, je démarre la journée par la visite du cimetière anglais de la ville. Quelle beauté ! De grandes tombes aux toits circulaires, des colonnes imposantes, des noms britanniques dignes des contes de Sir Arthur Conan Doyle et au milieu de tout cela : la jungle! La jungle folle et sauvage qui grimpe aux toits, vous tend quelques pièges au sol, vous menace avec ses hordes de moustiques! Sans ces derniers, je serai pourtant bien resté méditer un peu dans cet îlot de paix au cœur du tourment de la ville!
image
 image
Après le déjeuner je m’aventure dans le quartier des livres, et oui car Calcutta est connue pour être LA ville des intellectuels en Inde. Et bien je ne m’attendais pas à ce que cela soit aussi grand! Des rues et des rues de petites boutiques de livres, chacune classée par thème : la rue des livres de médecine, celle des livres d’économie, celle des livres de maths…
image
image
Après cette balade atypique, durant laquelle les indiens ont encore été nombreux à me regarder bouche bée (certainement pas un quartier très prisé des touristes), je décide de terminer la journée à la cathédrale Saint Paul qui me rappelle étrangement Westminster !…
image
Enfin, je retourne prendre mes affaires à l’hôtel, avant de partir vers l’aéroport. Mon chauffeur de taxi est euphorique, il n’arrête pas de mimer le coup de boule de Zidane et de me répéter qu’il aime la France! Je rie avec lui, moi aussi je partage sa joie : cette nuit, je m’envolerai pour une nouvelle destination dont je rêve depuis tant d’années : la Mongolie!
image

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bruno dit :

    Avec ce reportage, tu chasses les idées préconçues que j’avais sur Calcutta. Merci.

    J'aime

    1. Ju Goudrouffe dit :

      Bonjour Bruno,

      Merci pour ce petit mot, Calcutta a en effet été une très belle surprise ! Bien loin de ce que j’avais pu imaginer!

      A bientôt,

      Julie

      J'aime

  2. Oyer dit :

    Coucou Julie,
    Quelle belle chambre et ce lit immense, tu n’était trop perdu dedans?
    La ville de Calcutta, le Victoria Mémorial, ces arbre majestueux et ces quantités de livres en vente dans la rue sont impressionnants.
    Merci Julie, et bonne route pour la Mongolie. Bisou. 😘

    J'aime

    1. Ju Goudrouffe dit :

      Bonjour Pascale,

      Oh non, j’ai bien profité de ce grand lit!! Merci pour la lecture, cette ville m’a effectivement beaucoup impressionnée! J’espère avoir l’occasion d’y retourner plus longuement car je ne m’attendais pas à une si belle découverte !

      Bisous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s